5 choses qui auront changé avec le confinement


On ne sort pas identiques du confinement. C'est impossible, sauf pour les quelques imbéciles qui ont continué de sortir tous les jours, de partir en vacances, et d'aller rendre visite à leurs potes pour un barbecue. Ceux qui se sont déconfinés avant l'heure, parce que "quand même, on va pas rester enfermés tout le temps". Ceux qui n'ont pas vu qu'au delà de la nécessité de préserver sa santé et celles des autres, il y avait aussi là matière à se poser, à faire le point, se rendre compte qu'on donne trop ou pas assez d'importance à certaines choses au quotidien. Le confinement m'aura permis de creuser un peu plus dans ma façon de consommer, mon organisation au quotidien, et ma philosophie de vie.

On peut être heureux pour pas grand-chose.

Et se rendre compte que le "pas grand-chose" c'est en fait déjà quelque chose. Je suis sûre que comme moi vous faites vos courses un peu machinalement, vous remplissez votre frigo en piochant dans les rayons sans vraiment y faire attention. Je n'aurais jamais cru être heureuse pour une boîte d’œufs :-) quand, après avoir rechargé la page du drive environ 1000 fois pendant une semaine, lesdits œufs ont fait leur apparition dans les produits disponibles, me permettant ainsi de faire un gâteau pour les un an de ma fille.

On gaspille moins

Parce qu'on va à l'essentiel : une liste de courses une fois par semaine, on fait avec ce qu'on trouve, et on ne jette rien. Même on n'était pas de grands gaspilleurs devant l'éternel, ils nous arrivait d'avoir des légumes gâchés, une baguette pas finie ou un yaourt oublié au fond du frigo. On n'a rien jeté pendant le confinement.



Une meilleure gestion des courses

...ce qui est lié directement au point 2 ! Avant c'était genre : je passe prendre des fruits et légumes au magasin bio, il me manque des trucs je vais au supermarché, je passe au magasin de déstockage alimentaire parce que c'est moins cher, oh c'est dimanche, on prend quelques trucs au marché ! Ca, c'était juste pour moi, Monsieur faisait à peu près pareil de son côté. Bilan : on achetait quelques aliments tous les jours, et on n'avait jamais ce dont on avait besoin ou envie dans le frigo. Maintenant, c'est un drive par semaine, on planifie un peu plus, on a une meilleure vision d'ensemble. Il manque un produit ? Tant pis, on fait avec ce qu'on a. A la clé, plus de temps, et moins de prise de tête !

Moins d'objets inutiles...

Après avoir passé 50 jours enfermés, vous vous êtes peut-être rendus compte, comme moi, que vous étiez entourés de centaines d'objets inutiles. Combien avez-vous utilisés ? Combien vous ont été utiles ou vous ont apporté de la joie, du réconfort ? Réponse chez nous : pas des masses. Bilan : je relis le livre la Magie du Rangement de Marie Kondo, je trie, je désencombre, et je donne ou je vends ce qui pourra servir à d'autres plus qu'à moi...

Acheter, c'est voter, exprimer ses convictions, soutenir

Nos choix de consommation sont primordiaux. Cela rejoint le point 4, finalement tout est lié, tout s’enchaîne dans une logique implacable. Ces objets qui ne servent à rien, autant ne pas les acheter, non ? Et puis plutôt que d'acheter des babioles Made in l'autre bout du monde dans des conditions déplorables, pourquoi ne pas acheter français, local quand c'est possible, pour soutenir notre économie ? Chaque achat est un vote, un engagement, et si je faisais déjà attention à la provenance de mes achats avant le confinement, je fais encore plus attention aujourd'hui.

Qu'est-ce que le confinement aura changé pour vous ?


Aucun commentaire