J’ai couru mon premier marathon.

Samedi 9 Novembre, le jour se lève sur la Promenade des Anglais à Nice…le ciel s’embrase, il n’y a pas un bruit sauf le tap tap des coureurs qui s’échauffent…C’est le jour J : le jour pour lequel je me suis préparée pendant des mois, le Graal du coureur : je vais courir un marathon.


Levée à 5h du mat', je suis prête, prête, prête !

Je dépose mes affaires à la consigne et je me place dans le sas des 4h00 (choisi un peu au hasard lors de mon inscription en mars – je sais déjà que je vais partir moins vite, à 6’20 du kilomètre, pour tenter de finir sous la barre des 4h30). J’ai perdu de vue mes copains de club, je suis toute seule au milieu de 14100 coureurs.


Y'a pire comme cadre, non ? 


Le départ est donné, je suis surprise de la fluidité de la course. Je pensais qu’on allait jouer des coudes, être serrés comme des sardines pendant 15 minutes, mais la Promenade des Anglais est très large, complètement fermée aux voitures, je peux me mettre dans le rythme de suite. Je passe mon premier kilomètre en 6’20, nickel.


Les 21 suivants, je ne les sens pas passer. J’ai des ailes. Des sensations de fou, l’impression de complètement maîtriser la course. Je suis dans le tempo, je passe la mi-course avec 2 minutes d’avance. Je suis portée par l’ambiance, les centaines de spectateurs qui encouragent, les orchestres sur le parcours. Il pleut depuis déjà 7 kilomètres.


Cherchez Charlie !

Je cours, je cours, et je ne me pose pas de questions. Je m’alimente, je bois, je continue. Au km 24, je croise un ami pas vu depuis longtemps, venu m’encourager. Au km 28, je retrouve mon coach, qui avait décidé de faire 14 kms avec chacune de ses trois « athlètes ». Il me dit que je suis en avance, on attaque la grande côte, je ralentis comme on me l’a conseillé, mais pas trop. Au 30, arrivent les premières courbatures. J’ai mal derrière les fesses et à l’aine, ça empire au 32.  

Est-ce le fameux « mur » ? Je pense au coach, qui dit que le mur n’existe que pour ceux qui sont mal entraînés, ou partis trop vite. Je suis entraînée, je ne suis pas partie trop vite, ça devrait aller.  Je me dis que je n’ai pas mal, que ce n’est que mon esprit, et je me fixe pour objectif de courir 2 kms par 2 kms : allez, accroche toi jusqu’au 34…allez garde le rythme jusqu’au 36..ne craque pas maintenant, il te reste l’équivalent d’un petit footing à parcourir.


Je commence à doubler les coureurs qui craquent, qui ralentissent, qui marchent pour certains. Je remonte 600 personnes sur les 12 derniers kilomètres et je me dis qu’apparemment d’autres doivent souffrir plus que moi !

Arrivent les derniers kilomètres où le coach me dit d’accélérer (j’en étais sûre !), je n’ai pas l’impression de pouvoir faire mieux mais j’ai un peu de marge au cardio, j’arrive à dérouler et à passer à 5’30 du kilomètre. L’arrivée est là, juste devant, il y a un monde fou derrière les barrières, le chéri qui me filme, et c’est l'arrivée à Cannes, en 4h25. On me remet ma médaille, le coach me félicite, je commence à grelotter et à avoir TRES mal aux jambes au point de ne plus pouvoir marcher, mais je suis fière, heureuse, je l’ai fait !



Ma médaille de finisher !



Alors oui, il y a toujours des rabats-joie qui diront que plus de 4 heures, c’est nul (je vous invite à relire cette article sur la mentalité de certains sportifs). Ceux-là, clairement, je les emm…Chacun fait selon ses capacités et ses envies...Pas besoin de claquer des chronos pour apprécier une course, et repartir des souvenirs plein la tête.

Et des souvenirs, j’en ai plein…Tous ces visages…Les joueurs de percussions, le petit monsieur qui me remet la médaille, les centaines de bénévoles qui remplissent sans faiblir les gobelets aux ravitos, le coach au loin qui me fait des grands signes, le speaker survolté du km 15, un bout d’chou avec une pancarte plus grosse que lui « Allez les coureurs » ; le chéri au milieu de la foule qui s’époumone pour m’encourager, « Julia » la fille que j’ai suivie sur les 2/3 du parcours, le cycliste pas content parce qu’il veut rouler et qu’on est des centaines à courir sur sa piste cyclable :-), trois fillettes qui n’encouragent que les filles (girl power !), la petite mémé en robe de chambre qui est descendue dans la rue pour voir le spectacle, tous ces anonymes qui ont fait que la course était ce qu’elle était.


Je ne peux que vous encourager à vous inscrire à un marathon, si cette idée trotte dans un coin de votre tête. Je publierai prochainement un article sur ma préparation, et comment appréhender l’épreuve. 

Si vous avez déjà couru un marathon ou si vous envisagez de les faire, n'hésitez pas à me laisser vos commentaires, vos questions, vos retours d'expérience !

A bientôt pour de nouvelles aventures sportives donc !

15 commentaires

  1. Quelle aventure <3

    Tu donnes envie de s'y mettre :) Mon oncle et ma tante couraient beaucoup, mon père un peu avec eux parfois, et mes cousins aussi quand ils étaient ados. J'ai des souvenirs de marathons où je les attendais à l'arrivée (moi, je mangeais les pommes du ravitaillement mais je ne courais déjà pas ^^).

    Aujourd'hui, mon oncle est entraîneur. Des fois, je me dis que je pourrais lui demander de me bouger les fesses mais j'y pense et... non, c'est bon ;) Et puis on habite trop loin pour se voir assez régulièrement.

    Bref, ton article a fait remonté des souvenirs que j'avais un peu oublié, c'est rigolo :)

    Bravo pour tes efforts, ta motivation et ta volonté ! 4h et des poussières, c'est super ! Tu sais, moi j'y serais encore ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah donc c'est à cause de toi qu'il n'y a plus rien à certains ravitos :-) (j'rigole). Un oncle entraîneur, ça c'est pratique ! Quand mon ancien coach a déménagé, il m'a entraînée à distance pendant 6 mois, j'avoue c'est pas pratique...Tu pourrais peut-être te motiver pour un 5 kms pour commencer ? Encore une fois, trop dommage qu'on n'habite pas la même ville !

      Supprimer
  2. je suis vraiment admirative ! Il faut de l'entrainement et un mental d'acier pour courir un marathon, je ne peux qu'applaudir: bravo bravo bravo !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Iléana, je confirme, le coach dit toujours qu'un marathon c'est dans la tête (et un peu dans les jambes aussi ;-)

      Supprimer
  3. Coucou Aurélie !

    Quel chouette récit ! Bravo pour cette belle course !!!!

    Bises et bonne journée !

    RépondreSupprimer
  4. En toute franchise, ton récit m'a beaucoup touché. Je n'ai couru qu'un (petit) semi, mais j'ai ces mêmes souvenirs qui trottent dans ma tête (la mamie égarée, l'enfant qui veux te taper dans la main, le bénévole qui t'encourage, le coureur qui t'encourage)... Courir comme ça en "compétition" sans avoir l'esprit de compétition justement, ça permet de faire et de voir des choses que l'on a pas dans nos sorties runnings et j'ai un peu peur d'y prendre goût.

    Je suis tellement admirative de ton marathon ! Je trouve cela absolument incroyable. 42,2KM c'est dingue dingue dingue. Le chrono c'est purement du second plan pour une première fois il me semble... D'autant plus que tu n'as absolument pas à rougir du tien, certains ne tiennent même pas ce rythme sur 5KM ! Mais je te rejoints à 100% sur la philosophie de course, certains sont vraiment imbuvables... Mais nous, on est des happy runneuses héhé

    Il me tarde de lire ton article sur ta préparation. Je pense que cela doit demander pas mal de rigueur et d'organisation... Mais je me suis toujours dit que le jour où je ferais un semi, ça serait un truc de ouf ! Maintenant que c'est fait, il me faut un autre objectif. Peut être celui ci ?

    Merci beaucoup pour le partage de tes aventures sportives, hâte de lire la suite.
    A bientôt sur IG #HappyRunningCrew
    xx Chloé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Chloé! Tu viens de faire deux belles courses longues (un semi et un 20 kms si je ne me trompe pas), tu as tout l'hiver pour faire du foncier, donc c'est peut-être le bon moment pour envisager le marathon ? Moi j'dis ça, j'dis rien ;-) En tout cas n'hésite pas si tu as besoin d'infos ou si tu veux voir mon plan d'entrainement pour avoir une idée de la préparation. C'est parfois dur, contraignant, mais la satisfaction de l'avoir fait vaut chaque goutte de sueur versée !
      Je voulais en faire un dans ma vie, pour voir, mais après avoir vécu ça, c'est sûr, il y en aura d'autres ! (et le coach avait ENCORE raison, il m'avait dit, "je suis sûr que tu voudras continuer" :-)
      A très bientôt dans le Happy Running Crew (le nom ne pouvait pas être mieux choisi ;-)

      Aurélie

      Supprimer
  5. FÉLICITATIONS!!!c'est super!!tu es une finisheuse!!!et c'est ça qui compte!!!tu as l'air de ne pas avoir vu le temps passer ni d'avoir souffert!!c'est super!pour ma part le marathon c'est pour 2015, celui de Paris!je t'avoue que j'appréhende un peu notamment ce mythique mur des 30 lm, mais comme le dit ton coach, si tu as le bon entrainement!😉!!en tous cas, mon objectif sera comme toi, de le finir!!pas question de chrono, c'est la distance que l'on joue là!!en tous cas, felicitations👏!!j'attends ton post sur ta prépa avec impatience!!
    A bientot!
    @Hehody

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Elodie ! Ah super, le mythique marathon de Paris, ça doit être génial !
      Pour te rassurer, au 30ème, c'était plus un "coup de moins bien" que le mur, je pense, n'oublies pas de t'alimenter régulièrement et dès le début (même si ça va bien) et ça devrait passer :-) Bonne préparation en tout cas, et savoure chaque minute ! Bisous

      Supprimer
  6. FÉLICITATIONS!!!c'est super!!tu es une finisheuse!!!et c'est ça qui compte!!!tu as l'air de ne pas avoir vu le temps passer ni d'avoir souffert!!c'est super!pour ma part le marathon c'est pour 2015, celui de Paris!je t'avoue que j'appréhende un peu notamment ce mythique mur des 30 lm, mais comme le dit ton coach, si tu as le bon entrainement!😉!!en tous cas, mon objectif sera comme toi, de le finir!!pas question de chrono, c'est la distance que l'on joue là!!en tous cas, felicitations👏!!j'attends ton post sur ta prépa avec impatience!!
    A bientot!
    @Hehody

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Elodie ! Et bien je te souhaite d'apprécier autant que moi cette distance ! Celui de Paris, c'est mythique ! Mon post sur la prépa devrait être en ligne dans quelques jours. Bon entrainement !

      Supprimer
  7. encore bravo! je reste bouche bée devant tes exploits et j'aime beaucoup lire tes articles concernant la course. ça donne envie de se lancer même si ce n'est pas facile de débuter tout seul. En tout cas ton article est très encourageant! Bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci @Blogmodeandshop ! "Exploits" c'est un bien grand mot, il y des milliers de personnes qui le font, et mieux ;-) Si tu as du mal à te lancer, peut être peux-tu rejoindre un club près de chez toi ?.
      Gros bisous

      Supprimer
  8. Hello,

    Tout d'abord FELICITATIONS tu as fais un bon chrono j'espère pouvoir faire le même en juin 2016 pour mon premier marathon. ensuite merci pour cet article qui m'a mis les larmes aux yeux et des rêves pleins la tête avant de m'endormir.

    Bises et à bientôt.

    RépondreSupprimer