L'envers du triathlon : pourquoi j'arrête.

Grosse décision pour cette rentrée : j’arrête le club de triathlon. Mais en aucun cas le sport, je vous rassure ! Au contraire. Je vous avais parlé dans un ancien article des avantages et des inconvénients à faire du sport en club, et aujourd'hui, j'ai décidé que les inconvénients dépassaient les avantages...Donc voilà.




Cela faisait quatre ans que je pratiquais ce sport, que je me rendais aux entraînements 3 soirs par semaine (+le midi, +le weekend), que je me pliais au rythme du triathlète et à ses problématiques (comment progresser dans 3 sports en même temps, trouver du temps pour courir 3 fois, nager deux fois, faire du vélo le weekend, sachant que mes journées ne font que 24h et mes semaines 7 jours).

Après quatre ans, je suis usée. Le lundi soir, à peine sortie du boulot, c'était piscine : quand je sors, il est tard. Le mardi, entrainement, mais à 19h15, quand je sors il est TRES tard, etc. Au final, je rentre à la maison, je prends une douche, je mange (le chéri a été plutôt conciliant et a préparé beaucoup de repas pendant ces 4 années), je dors.




Sans compter la mentalité des triathlètes qui m'a usée. Je ne compte plus les coups que je me suis pris à la piscine (seule fille dans une ligne de mecs), les réflexions du coach natation (ah ben oui, forcément, t'as pas fini tes 400m, toi ) qui écoute de la musique et n'en a rien à fiche. 
On fait des tee-shirts filles ? Chouette, ah mais on t'a pas dit, y'en a 3 pour 10 filles, t'en auras pas. Par contre, les mecs, pas de soucis. Et après, on te raconte qu'on cherche à développer la pratique féminine....





Bref, on est loin du temps où je débutais, où l'ambiance était franchement sympa, où mes coachs sont devenus des potes...

Je veux reprendre ma liberté, m’entraîner quand je veux, faire le sport que je veux au moment où je le veux. J'en ai marre de ne pas faire de VTT parce que c'est du vélo de route qu'il faut faire, de ne pas arriver à caser du yoga parce que tout mes soirs sont pris, de ne pas pouvoir faire du Nike Training Club parce que j'ai mal partout de l'entrainement de la veille. 
J'ai envie de m'organiser comme je le souhaite, car j'ai aussi d'autres projets qui me demanderont de la souplesse et une organisation différente. (On en reparle très vite).

Bizarrement, ce sont les gens qui trouvaient que je m’entraînais trop qui tentent de me faire revenir sur ma décision. "Oh ben c'est dommage d'arrêter maintenant, en plus tu avais atteint un bon niveau en natation...Faudra continuer à y aller toute seule."

Peut-être. Peut-être pas. En tout cas je n'irai qu'à une condition : que cela me fasse vraiment envie. Il n'y' a pas de plaisir dans le sport sous contrainte. Et si vraiment j'ai fait une erreur, il sera toujours temps de reprendre l'année prochaine !

 
Et vous les filles, quels sont vos projets sportifs pour la rentrée ? En club ou en solo ? 


Ps : en le relisant, je trouve cet article "brut de décoffrage" et pas très organisé. J'ai décidé de le laisser tel quel car il traduit bien mon état d'esprit au moment où je l'ai écrit...







8 commentaires

  1. Super article! Je ne pensais pas que le milieu du triathlon était fermé comme ça aux femmes!
    Par contre je me demande comment tu faisais pour trouver le temps de gérer ton blog avec cet emploi du temps!

    Personnellement, j'ai fait de la compétition en natation jusqu'à m'en écoeurer et tout arrêter du jour au lendemain pour faire de la danse, je ne regrette pas! Depuis je reprends du plaisir à aller nager pour moi et uniquement pour moi, pas pour un coach qui me crie dessus!

    Bref, profite bien de ce nouveau temps libre! :)

    Pauline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marine,

      Disons que je suis plutôt organisée :-) J'essaie de ne pas perdre du temps bêtement dans mes journées. Je trouve comme toi qu'on n'est pas obligées de faire le même sport toute sa vie, c'est bien aussi de toucher à tout ! Pour moi la piscine c'est overdose, j'y retournerai probablement un jour, mais pas pour l'instant !
      Gros bisous

      Supprimer
  2. Salut. Je suis aussi triathlète féminine et j'entame ma troisième année. Je suis d'accord avec toi, le machisme fait presque parti de l'adn des club de tri, et même si on a assisté à une "belle" campagne de communication autour du tri féminin je pense qu'il en sera toujours ainsi. Personnellement j'ai fait 2 clubs et j'ai toujours accepté cette stigmatisation, c'est un moteur pour moi et ça me pousse à me dépasser. Je ne sais pas ce que vaut une ambiance 100% féminine mais passé l'aspect misogyne, avec le temps, je réussi souvent à trouver une place un peu à part et à avoir le respect de mes camarades.
    Par contre concernant le rythme métro*boulot*entraînement*dodo... comme je te comprends. Cela me fait presque plaisir de voir que je ne suis la pas seule dans ce cas! J'ai déjà ressenti le besoin de tout stopper, et d'ailleurs j'ai stoppé. Et je ne regrette pas. Aujourd'hui je pratique le "triathlon laïque" au risque de choqué les vrais triathlètes. Je m'entraîne quand je peux et surtout quand j'en ai envie, et ma seule motivation réside dans le plaisir d'une course. Il m'a fallu du temps pour prendre autant de recul sur ce sport mais ça me permet aujourd'hui d'avoir une autre vision et de profiter de chaque entraînement ainsi que de chaque course !
    Bon courage à toi pour la suite et merci pour ce témoignage :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme ton commentaire me fait plaisir ! Je suis contente de voir qu'une "copine triathlète" peut ressentir la même chose. Il fût un temps où on avait une ligne de filles du même niveau à la piscine, c'était sympa ! Mais elles sont parties une à une. C'est bien de prendre l'attitude de ces machos comme une motivation, mais franchement au bout de 4 ans, moi je ne pouvais plus. Me prendre des coups de plaque, me faire pousser contre le mur ou me prendre des réflexions parce que soit disant j'avance pas, ça va 5 minutes...
      Tu as bien raison d'avoir pris du recul et de t'entrainer comme bon te semble, c'est ça l'important.
      Je te souhaite une bonne saison !

      Supprimer
  3. Salut Aurélie,
    Pour ma part, j'admire toujours les gens (et les filles surtout) aussi sportifs !! Je ne le suis pas du tout, chaque année, j'essaie de m'y mettre. J'ai de l'activité physique mais je ne fais pas réellement de sport. Je ne suis pas assez régulière. Je faisais du sport en salle entre 18 et 20 ans et j'aimais bien... C'était donc il y a 7 ans en fait ;) Pour ma part, j'ai un vélo d'appart, un rameur d'appart (les produits sur le site Tool Fitness sont top) et quelques tapis pour faire des abdos avec mon chéri... et voilà ce que je fais de temps en temps. Aimant la nature, je fais pas mal de marche et de vélo... Je me suis rendu compte il y a deux ans qu'il était essentiel pour ma santé d'avoir une activité physique (pas tjs facile à caser quand tu es au taf 10 à 12 h/jr) !! Tu as raison d'avoir arrêté si ça devenait une contrainte et si tu es capable de continuer le sport seule sans être entrainée par les autres. bisous. bon courage!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Justice pour ton message et tes encouragements ! Oui je me sens capable de continuer toute seule, ça me fera du bien je pense ! Cette année, j'ai décidé que ce serait plus plaisir, quitte à sacrifier peut-être un peu la performance.
      J'aime bien le sport à la maison aussi, surtout le fitness, ça sera chouette de pouvoir s'y mettre plus régulièrement ! Gros bisous

      Supprimer
  4. Super article Aurélie et tu as eu bien raison de ne pas le modifier : on sent que c'est le "cri du coeur" ! Pour ma part je suis triathlète "modérée" : j'ai la chance de faire partie d'un club familial (où d'ailleurs cette année on a pratiquement plus de nanas que de mecs !) et je peux te dire que c'est toujours un vrai plaisir d'aller s'entrainer car on est tous contents de se retrouver et pas obnibulés par nos performances qui, on en a bien conscience, resteront modestes et régionales. Du coup, moi qui, à part une expérience détestable en club de natation à 17 ans, n'avais jamais adhéré à aucun club (j'ai 45 ans !) je m'éclate depuis 2 ans au Run Sud Tri et n'ai absolument aucune envie de m'arrêter. Mais mes rythmes d'entrainement n'ont rien à voir : CAP mardi et vendredi soir sur piste, natation 1 fois en piscine et 1 à 2 fois par semaine en lagon (eh oui je vis à La Réunion) et vélo le dimanche, sauf en vacances où je me rattrape car c'est clairement le point faible / fréquence des entrainements.
    En tous les cas, le triathlon c'est top, même physiquement j'en ai la preuve : j'avais mal au dos depuis des années et là je n'ai plus de problèmes... Donc tout ce long message pour dire qu'il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain : le triathlon c'est super, mais à condition de ne pas tomber sur des "intégristes" de la pratique qui te feraient culpabiliser pour tout petit moment de plaisir pris sur ton temps libre ! La plupart des triathlètes garderont un niveau modeste malgré tous leurs efforts, alors les spécimens machos dont tu parles feraient mieux de ne pas trop la ramener et tout le monde s'en porterait mieux, non ? Après s'entrainer seule ce n'est pas évident, mais n'y a t il pas un club plus cool près de chez toi ? Sinon tu n'as qu'à monter ton groupe (la ligue de tri féminine est assez active et pourquoi pas créer un club de nanas, avec ou sans entraineurs d'ailleurs, mais juste pour se retrouver et retrouver le plaisir de pratiquer les " disciplines en toute liberté, mais en groupe car c'est plus porteur ?)
    Bonne chance à toi et bravo pour ton blog, il est très sympa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Virginie, merci pour ton message, c'est toujours sympa de dialoguer avec d'autres sportives et d'avoir leurs impressions. Tu nages en lagon ?? Quelle chance, j'imagine que vous ne mettez jamais de combi ?
      Malheureusement des intégristes, il y en a beaucoup par chez moi ! Il y a bien un autre club, mais plusieurs personnes qui en viennent me l'ont déconseillé. Ils m'ont dit que ce serait pire, et que personne ne me parlerait car les "faibles" sont mis de côté. Ça donne envie de prendre ses jambes à son cou, non ? Du coup je suis quand même dans un tout petit club de course à pied, très convivial, et je me suis inscrite au yoga comme j
      e le voulais. Pour l'instant ça me convient bien, et je n'ai pas du tout le "manque" du club et de l'entrainement tous les soirs. Profite bien de ton club, ça a vraiment l'air sympa ! Bisous

      Supprimer