6 commentaires

Ma wishlist spéciale vacances !

mardi 29 avril 2014

Toute beauty addict qui se respecte vous dira que les vacances à l'étranger, c'est super parce qu'on peut trouver pleins de produits et de marques qui ne sont pas disponibles en France. Et croyez-moi, pour dénicher de chouettes produits exotiques, je ne suis pas la dernière ! Dans quelques jours je mettrai le cap sur l'Asie, et j'ai déjà réfléchi à ce que j'espère y trouver...






- Le parfum Elie Saab : un parfum que l'on trouve en France, et sur lequel j'ai littéralement flashé chez Sephora (ils avaient innocemment placé un testeur sur un présentoir, le long de la file pour payer, les malins). Seul hic : le prix, à 64€ les 50 ml je le trouve vraiment cher. J'espère le trouver moins cher à l'étranger, ou en duty free.

- Des produits Victoria's Secrets (les brumes et les laits corporels en particulier ;-). Toujours un peu vénère d'être tombée sur la boutique Victoria's Secret de l'aéroport d'Amsterdam APRES avoir mis mon bagage en soute, j'espère bien pouvoir me rattraper cette fois-ci !

- Les produits Tony Moly : vous avez dû voir, sur la blogosphère, ces produits aux packagings trop choupis. J'en veux moi aussi !

- Les produits Skin Food : Lors de mon dernier passage à Hong Kong, j'avais découvert cette chouette marque et ses produits qui sentent trooop bons. Mon masque à la papaye est fini depuis bien longtemps, et je compte bien mettre la main sur d'autres produits de la marque.

- Du maquillage Anna Sui : je suis adepte des baumes à lèvres Anna Sui depuis un moment (on me les a offerts), et j'adorerais découvrir le maquillage de la marque. 

- Des vernis Etude House : un peu déçue par mes premiers pas avec cette marque asiatique qui monte, je n'ai pas dit mon dernier mot et je compte bien essayer un ou deux autres produits. Il parait que le choix de couleurs est fou !

- Des dizaines de Un rouge à lèvres Mac : vous allez me dire, Ah, super exotique un rouge à lèvres Mac. Oui. Mais non. Parce que nous à Dijon, on n'a pas de boutique Mac, pas de corner, rien. La seule solution est de commander sur Internet, et pour un rouge à lèvres à ce prix-là, j'aime bien voir la couleur avant. J'ai déjà repéré les magasins où potentiellement je pourrais mettre la main sur mon premier Mac :-)

Et vous les filles, profitez-vous de vos vacances pour trouver des marques un peu plus originales ? Pour celles qui vont souvent en Asie, quelles marques sont incontournables selon vous ? 


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
22 commentaires

Ignore-moi si tu peux.

lundi 28 avril 2014

Aujourd'hui, j'avais envie de vous raconter une petite anecdote qui m'a bien fait fulminer. Je suis outrée (il n'y a pas d'autres mots) par la façon dont certaines enseignes traitent leurs clients (je vous avais déjà fait part de ma mésaventure avec Etam Lingerie en début d'année).

La semaine dernière, je me suis rendue en parapharmacie dans une chaîne de supermarchés bien connue. Mon but ? Acheter une nouvelle crème solaire pour les vacances, ainsi qu'une nouvelle crème de nuit pour remplacer la mienne qui est terminée. 

D'habitude, à peine entrée dans la para, une vendeuse vient me voir pour m'aider à faire mon choix. D'habitude, je décline poliment car j'aime bien fouiner par moi-même, me faire un premier avis, sélectionner des produits qui me conviennent en termes de composition et de prix. Et après, si nécessaire, demander conseil, être sûre que je fais le bon choix. Là, personne n'est venu me voir (la vendeuse était cloîtrée dans son bureau plongée dans ses classeurs) et c'est bien dommage car je VOULAIS un conseil. 



Bref, je fais mon choix toute seule, après avoir arpenté les rayons un long moment. Je me dirige vers la caisse, j'attends qu'on vienne m'encaisser. Personne. Une mamie rentre, et immédiatement la vendeuse sort s'occuper d'elle. Je fais des humm humm, des raclements de gorge, un peu de bruit pour qu'elle vienne m'encaisser. Toujours rien. Dix minutes plus tard, la voilà qui se dirige vers la caisse avec sa petite mamie, qui me passe devant le nez et qui l'encaisse direct. Je suis obligée de me pousser, et oui depuis le temps que j'attends, je suis la première devant le comptoir. Pas même un "oh, je ne vous avais pas vue", "je m'occupe de vous tout de suite", non, j'étais transparente. 
Tellement transparente que j'ai reposé les produits en fulminant et que je suis ressortie les mains vides. 

J'ai vraiment eu l'impression d'être une sous-merde, alors que, remettons les choses à leur place, je suis une cliente. J'ai droit à un minimum de considération, d'autant que je ne demandais pas grand-chose (juste qu'on m'encaisse, ça aurait pris deux minutes !)

Alors oui, j'aurai pu crier, taper un scandale, aller la chercher, lui expliquer la relation client, mais j'ai opté pour une autre solution. Garder mes 50 euros et ne plus jamais remettre les pieds dans sa parapharmacie. Rira bien qui rira le dernier !

Et vous les filles, avez-vous déjà été choquées par le comportement de certaines vendeuses ? Comment avez-vous réagi ? 


Note : la photo a juste pour but d'illustrer l'article. Il ne s'agit PAS de la parapharmacie dans laquelle je me suis rendue.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
8 commentaires

Le dissolvant en pot Dévernissez-vous : vous avez dit efficace ?

samedi 26 avril 2014

Quand je vous ai présenté mon haul du Club des Créateurs deBeauté (mon ultime commande avant la fermeture), je vous ai expliqué que j’allais tester pour la première fois le dissolvant en pot. Une lectrice m’a laissé ce commentaire : « Il va révolutionner ta vie ». Elle ne pouvait pas avoir plus raison !
Jusqu’à présent, je n’étais pas tentée par ce genre de produit. Trop cher, trop gadget à mes yeux, même si le concept fait rêver toutes les nail polish addicts ! Je pensais également qu’il n’était probablement pas aussi efficace et précis que la bonne vieille méthode coton-dissolvant-on frotte.
C’était sans compter sur les promotions de dingues du CCB : clairement, c’est le prix qui m’a poussée à l’acheter. A 3,85€, au pire s’il est nul, je ne me serais pas ruinée…
 

Une seule utilisation a suffi pour balayer tous mes préjugés. L’utilisation est archi-simple : on met son doigt dans le trou de l’éponge, on tourne, et le vernis est enlevé. C’est aussi simple que ça, et pour moi c’est presque de la magie ! Je pensais qu’il en resterait sur les bords, que ce ne serait pas parfait, qu’il faudrait s’y prendre à plusieurs reprises, voire même finir au coton…Que nenni ! Je suis fan !
Voici le résultat (avec mon ongles tout abîmés en prime...) :
 

Reste maintenant à voir combien de temps on peut l’utiliser avant que la magie n’opère plus…Je pense que l’éponge à l’intérieur se dessèchera assez vite, et que ce produit
restera malgré tout plus cher qu’une bouteille de dissolvant. A voir !

Mais pour les pressées, les fainéantes, les nomades, les filles à la mode, c’est le produit PAR-FAIT.
J’ai un peu l’impression d’arriver après la guerre car je sais que de nombreuses beautystas (et surtout nailistas !) l’ont intégré dans leur routine beauté. Est-ce votre cas ? Ou êtes-vous comme je l’étais, plutôt réticente à utiliser ce produit qui ressemble à un gadget ? Quelles autres marques conseillez-vous ?


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
8 commentaires

L'anti-cernes miracle de Make Up Forever !

vendredi 25 avril 2014

Récemment, j'ai décidé de partir à la recherche de nouvelles solutions sur me débarrasser de mes cernes. Bien que je sois une grosse dormeuse, j'ai souvent des cernes marrons / violettes bien creusées qui me donnent un air fatigué.

Jusqu'à présent, j'utilisais le Bo-oing de Benefit, je le trouvais plutôt pas mal. Mais mon Bo-oing a vieilli, s'est épaissi, et s'il fait toujours l'affaire pour camoufler une imperfection, il n'est plus aussi génial pour travailler une zone aussi étendue que les cernes. 

J'avais envie d'une texture plus liquide, plus facile à travailler, donc hop, direction Sephora , armée de mon coupon -20% pour faire mon choix.



J'ai tout de suite flashé sur les anti-cernes de Make-up Forever : pas de parabens, pas de phénoxyétanol…J’étais un peu perplexe devant le choix des teintes : une dizaine, et pas toujours une différence flagrante de l’une à l’autre.

Je me suis adressée à un vendeur  / maquilleur et j’ai bien fait : il m’a conseillé la teinte 330 (celle du milieu) alors que spontanément j’aurais pris quelque chose de bien plus clair. Mieux : il me l’a appliquée (j’adooore me faire maquiller, surtout par un maquilleur homme ;-) pour me prouver que c’était la bonne teinte. Et effectivement, il avait raison.

Le lendemain matin, à moi de jouer pour l’appliquer, et je dois dire que j’ai été bluffée par ce produit.
C’est un système « stylo » : on tourne l’embout, et le produit sort sur la languette en plastique. Comme la texture est super fluide, je l’applique au doigt. Je pose des petits points de produits un peu partout, et je commence à le travailler en tapotant et en l’étirant. Je remonte bien vers le coin externe de l’œil, et j’insiste vers le coin interne, qui chez moi est un mélange de bleuté ou de blanc pas du tout raccord avec la couleur de mes cernes.
Le produit s’estompe super bien. Il ne file pas dans les petites rainures de la peau, la démarcation ne se voit pas (même si on n’utilise pas le fond de teint de la même gamme : en journée, je me contente d’une poudre) et il tient très bien, tout au long de la journée.
Comme cet anti-cernes est très lumineux, très « glowy », j’applique avec un petit pinceau un peu de poudre compacte (ma fidèle Fit Me ! de Gemey Maybelline) pour matifier le tout.
Mon regard est frais, réveillé, la peau unifiée…humm, le mot « miracle » n’est pas loin. Je vous laisse juger avec cet avant / après :
Puisqu’il faut bien lui trouver un défaut, je mentionnerai le système pour faire sortir le produit : il est un peu long à sortir, et parfois il continue de sortir alors qu’on a arrêté de tourner l’embout. Résultat, l’embout est cracra et on gaspille un petit chouia d’anti-cernes.
C’est également un produit un peu cher (26€) mais je ne regrette pas du tout l’investissement. C’est largement le meilleur produit « cher » que j’ai acheté dernièrement, et il vaut chaque euro dépensé.
J’ai désormais hâte de découvrir d’autres produits de maquillage de Make Up Forever !

On trouve cet anti-cernes sur le site de Sephora et en magasins à 26€.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
12 commentaires

A quoi tu penses quand tu cours ?

mercredi 23 avril 2014

Je suis tombée le week-end dernier sur l'article "75 pensées qu'une coureuse a pendant son run" sur l'excellent blog d'Anne Dubndidu. Post inspiré par un article qu'elle avait lu sur un autre site web et qu'elle a proposé à ces copines d'écrire à leur tour !




On dirait bien que ce thème est en train de devenir un TAG, non ? Bref, j'ai trouvé moi aussi l'idée sympa, et je vous propose à mon tour de partager mes pensées quand je cours.
Pensées qui sont nombreuses, qui se télescopent, qui me permettent de faire le point ou le vide, comme je vous l'avais confié ici.

Alors, quand je cours, ça ressemble à peu près à ça :

1. Allez c'est parti pour une sortie de 2 heures. C'est chouette, il fait beau.

2. Comme il fait beau, je vais aller courir dans les bois.


3. C'est con mais j'ai l'impression qu'il ne peut rien m'arriver quand il fait beau.

4. CQFD.

5. Aaaah enfin le calme, la nature. Qu'est-ce que c'est pénible de courir en ville.

6. Dis donc elle est longue cette montée.

7. Je me souvenais pas qu'elle durait aussi longtemps.

8. Pouah ça tire dans les jambes.

9. 194 pulsations ? Ah ouais, quand même...

10. Tiens, il est bizarre le mec là-bas, tout seul.

11. Je ferais peut-être mieux de l'éviter.

12. Allez je bifurque avant de le croiser.

13. Tralalalalère.

14. Ah c'est quoi ce berger allemand qui court à ma rencontre.

15. Eh, viens pas me renifler les fesses, toi.

16. Ok, c'est le chien du mec bizarre. Ce n'était peut-être pas un pervers finalement.

17. Bon j'ai bifurqué mais du coup je ne sais pas vraiment où je suis.

18. Pas grave, je vais bien retrouver mon chemin.

19. Y'a pas un bruit, c'est inquiétant.

20. Y'a des serpents, dans ce coin, non ?

21. Ouf, deux coureurs à l'horizon.

22. Ah mais je les connais, eux, c'est...

23. Ah ben non. Je les connais pas.

24. Ça se couvre drôlement.

25. M'en fous, c'est l'heure de manger ma pâte de fruit énergétique. Des fois j'ai l'impression de ne courir que pour ça.

26. Allonge ta foulée (j'entends des voix, c'est le coach qui me parle)

27. C'est pas facile avec la bouche pleine.

28. Allez 300 mètres de dénivelé, c'est maintenant que se préparent les futures courses.

29. D'ailleurs c'est quand la prochaine ?

30. Ouah dans 3 semaines ?? Déjà ?

31. T'es sûre que tu vas être prête ?

32. Tais-toi et cours.

33. Ça dérape. Prudence. Elles accrochent rien ces baskets.

34. Elles sont peut-être foutues.. Ça se change tous les 1000 kms des baskets.

35. Combien j'ai pu faire depuis que je les ai ?

36. Trois séances par semaine x 12 kilomètres sauf le jeudi où c'est plutôt 9...

37. Bon laisse tomber. Je calculerai à la maison.

38. J'espère que le chéri aura fait à manger.

39. En même temps, je vois pas trop quoi, j'ai pas fait les courses.

40. M'en fous, j'ai pas faim.

41. Pourquoi y'a-t-il autant de feuilles mortes en plein été ?

42. Je vois même pas les pierres.

43. Oups, une goutte. C'est quoi cette histoire ?

44. J'ai pas de Kway. Mais je suis abritée.

45. Ben pas tant que ça.

46. Les gouttes qui tombent des arbres sont ENORMES et FROIDES.

47. Peut-être que je peux écourter ma séance ?

48. Mais le coach va bien voir que je ne l'ai pas faite en entier.

49. Qu'est-ce que je peux inventer comme excuse ?

50. Tais-toi et cours.

51. Peut-être bien qu'il pleuvra aussi le jour de la course.

52. Ah m..., un caillou dans ma basket.

53. Pas envie de m'arrêter.

54. Faut que je m'arrange pour le coincer à un endroit où il ne me gênera pas.

55. "Prends appui sur la pointe des pieds dans les montées".

56. Tiens, revoilà le coach.

57. Ca fait maaaal dans les mollets.

58. Ah OK. Je vois où je suis. Sacré détour.

59. Peut-être bien que je ne vais pas rentrer à l'heure.

60. Que le dîner va être froid.

61. Mais pour être froid, il faudrait déjà qu'il soit prêt.

62. C'est moi ou j'avance pas ?

63. C'est sûrement la Garmin qui déconne.

64. Attends, je vais couper.

65. C'est drôlement escarpé par ici. Non, je vais pas couper.

66. Pardon petit papy, je vous laisse passer.

67. Ouah, il assure à son âge. Et lui, il coupe.

68. A force de blablater, me voilà à l'orée du bois.

69. Il pleut aussi drôlement fort HORS du bois.

70. Tape-toi un sprint pour rentrer.

71. Pas moyen j'ai trop mal aux jambes.

72. Allez.

73. Non.

74. Bon OK.

75. En fait, c'était génial de finir par un sprint. Je devrais le faire plus souvent.

76. J'espère qu'il y a de l'eau chaude...

Fin de mes pensées. Oui je sais, il y en a 76, parce que quand je cours, je me laisse parfois déborder :-)

Si vous avez envie de faire ce tag, n'hésitez à me laisser le lien en commentaire, j'adorerai savoir ce qu'il y a dans votre tête quand vous courrez :-)


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
11 commentaires

Test : le Love Di-wine de Catrice, pas mal du tout !

mardi 22 avril 2014

Un petit nouveau a rejoint récemment ma collection de rouges à lèvres : il s'agit du Love Di-wine de Catrice, qui fait partie de la gamme Ultimate Shine. Chez Catrice, je connais déjà les vernis, les fards à paupières (tip top) que je possède en plusieurs exemplaires, mais beaucoup moins les rouges à lèvres. Celui-ci est mon deuxième Catrice !

Côté texture, je l'ai trouvé facile à appliquer (il glisse bien sur les lèvres), pas du tout "sec" comme certains rouges à lèvres. C'est clairement un rouge à lèvres "confort". 





La brillance est assez bluffante : j'ai l'impression d'avoir appliqué un gloss par dessus - alors que non ! La marque le résume assez bien dans son discours, qui retranscrit bien mon impression : "La délicate texture onctueuse se fond dans les lèvres, hydrate intensément et procure une brillance noble". C'est tout à fait vrai ! La couvrance n'est pas ouf, mais la tenue est correcte.

Par contre je suis assez perplexe sur le choix du nom : avec une rouge à lèvres qui s'appelle Love Di-wine, je m'attendais plus à un bordeaux, en référence au vin ? Même la couleur du raisin laissait présager quelque chose de plus foncé. Je trouve qu'au final, la teinte est plus un rose qui tire sur le fuschia. 



Ce rouge à lèvres coûte environ 4€ et ne contient ni parabens, ni phénoxyétanol. C'est un sans faute ! Seul hic : la difficulté à le trouver en France. N'hésitez pas à faire le plein lors de vos voyages en Belgique et aux Pays-Bas !

A très vite, 

Aurélie.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
3 commentaires

Quoi de neuf sur le blog ?

lundi 21 avril 2014

Le blog a fait peau neuve ce weekend ! Ce n'était pas spécialement prévu (je pensais lui offrir un petit lifting cet été), mais à force d'admirer tous ces blogs hyper clairs, nets, pas surchargés, j'ai eu envie moi aussi de passer à quelque chose de plus light, de plus organisé, plus convivial. Tout n'est pas encore finalisé, mais globalement ce que vous voyez est plus ou moins le résultat final.
 
Je voulais plus de place pour mes articles, qui étaient "coincés" entre deux colonnes, pas vraiment mis en valeur. Plus d'espace donc, une colonne post plus aérée, plus lisible...
 
Concrètement, le menu est mieux organisé (enfin j'espère !), il y a désormais une case rechercher pour trouver tout de suite, par un mot clé, un article relatif à une marque, un produit...
 

Le tout 1er design du blog, qui l'a connu ?
 
J'ai rajouté une petite présentation sur la page d'accueil, c'est une demande qui est ressortie fréquemment suite au sondage que je vous ai proposé le mois dernier. Plusieurs d'entre vous m'ont indiqué qu'elles aimaient "savoir" qui leur parlaient, (ce qui est aussi mon cas quand je lis d'autres blogs ;-), j'ai donc fait quelque chose de plus visible que la simple partie "A propos".
 
Nouveauté aussi, je prépare une page Google +. Alors, je n'en maîtrise pas encore toutes les subtilités, mais je sais que vous êtes de plus en plus nombreuses sur ce réseau. J'ai donc enfin fait débloquer mon compte Google +, suspendu par Google qui m'a inlassablement répété "Votre nom n'est pas Et Aurélie Alors. Merci de le modifier." Perspicace, Google. Mais je ne voulais pas nécessairement mélanger profil perso et blog. Je trouve que les réseaux sociaux ne nous facilitent pas la tache dès qu'on veut promouvoir une page pseudo "professionnelle"...
 
Enfin, j'ai décidé de laisser tomber la version anglaise du blog, que je n'ai pas le temps d'alimenter ni de promouvoir. Le défi était gigantesque, le challenge hyper motivant, mais Et Aurélie Alors me prend tout mon temps libre, et je ne peux pas suivre le rythme avec un deuxième blog, qui plus est en repartant de 0, avec une audience à reconstruire. Je garde quand même l'idée dans un coin de ma tête...Mais pas pour tout de suite.
 
J'espère que vous vous y retrouverez et que cette nouvelle version vous plaira !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
6 commentaires

Le Lait Corps sous la douche de Mixa : au top !

samedi 19 avril 2014

Je suis une fille pressée. Je vous avais confié il y a quelques temps que je zappais souvent le masque après le shampoing, et bien figurez-vous que je zappe aussi parfois l'étape hydratation du corps. Parce que oui, je suis aussi frileuse, souvent pressée de me coucher, et l'hiver je n'aime pas trop grelotter pour me tartiner de crème, je fais donc le minimum syndical : vite fait, bien fait, et pas forcément tous les jours.

Quand je suis tombée sur le Lait Corps sous la Douche de Mixa (en promo qui plus est !) je me suis dit que cela pouvait être la solution. Même si ce type de produit divise la blogosphère, j'étais bien motivée pour me faire mon propre avis.
 


 
Alors ce lait ? Je ne savais pas trop à quoi m'attendre niveau texture, en fait cela ressemble tout à fait à un produit pour le corps classique : épais, blanc, crémeux.

On l'applique sur peau mouillée, une fois le gel douche rincé, et la crème devient fluide "juste ce qu'il faut". Elle glisse très bien sur le corps, et en une minute, elle est appliquée partout. 

Elle se rince très facilement. Pas d'effet collant, pas de dépôt, pas d'effet glissant sur le fond de la baignoire (même si le blabla sur le tube nous met en garde contre cela !).
Que du positif !

Au final, je dois dire que je n'ai pas tellement l'impression d'avoir hydraté mon corps, parce que tout le rituel autour de ce moment a disparu. Pas besoin de masser, de faire pénétrer, d'attendre que cela sèche...C'est une expérience complètement différente !
MAIS je ne peux pas dire que je ne suis pas hydratée. Je l'utilise depuis 10 jours, ma peau est douce. Pas de peau de croco en vue !

Même si je pense que l'utilisation d'une crème classique permet une application bien plus précise (on passe partout, ici cela reste une application à la va-vite, avec le produit qui est éliminé au fur et à mesure par l'eau de la douche), ce tube est pour moi une vraie petite trouvaille

Je ne regrette pas d'avoir acheté deux tubes (dans le cadre d'une promotion 1+1 gratuit) car je suis certaine d'utiliser les deux. C'est la bonne découverte du mois !

Et vous les filles, avez-vous testé le lait hydratant sous la douche ? Quelle marque ? Etes-vous convaincue ? 


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
10 commentaires

Chick Litt : Cinq livres pour se détendre !

jeudi 17 avril 2014

Je suis une grande lectrice. J’ai toujours aimé lire, un peu de tout, avec, il est vrai, un petit penchant pour les thrillers et les policiers. Mais j’aime aussi parfois me détendre, avec un bon bouquin pas prise de tête, et la chick litt (ou littérature de filles) est parfaite pour ça !

Attention, tous les romans de chick-litt ne se valent pas ! Il y a bien sûr de gros navets bien niais qui réunissent tous les clichés (une blonde, sa bande de copines névrosées, leur pote gay…), le tout mal écrit et sans histoire…Autant reposer le bouquin tout de suite, et chercher quelque chose de plus amusant ! 

Car il y a de bons bouquins de chick litt qui se lisent tous seuls, qui sont bien écrits et qui procurent un vrai moment de détente. Moi, en vacances, sur la plage, je n'emmène que des livres "de filles". Impossible de me détendre et de me plonger dans l'ambiance "noire" d'un thriller en entendant le clapotis des vagues :-)

Je vous propose donc aujourd’hui de découvrir ou redécouvrir cinq romans de chick litt que j’ai appréciés !



- L’accro du shopping de Sophie Kinsella : le premier, et aussi le meilleur dans la série L’Accro du Shopping. Toutes les filles se retrouveront dedans, j’ai même piqué quelques fous rires en le lisant…On trouve des scènes du genre : partie pour s’acheter un produit de beauté, elle repart avec dix rouges à lèvres  parce que si elle les achetait, on lui offrait un fond de teint (qui d’ailleurs n’est même pas adapté à sa peau). C’est pour moi LA référence dans le monde de la chick litt !

- Les tigresses de Park Avenue, de Carrie Karasyov et Jill Kargman : crêpage de chignons en vue à New York, où Julia, simple vendeuse en bijouterie, va du jour au lendemain devoir s’intégrer dans les hautes sphères de la ville. Un humour mordant et – peut-être - pas si éloigné que ça de que ce qui se passe dans le gotha new-yorkais.

- Le dernier truc sur ma liste : de Jill Smolinski. June Parker hérite de la liste des "vingt cinq choses à faire avant mes 25 ans" de Marissa, qui est morte dans un accident. June décide de rendre hommage à Marissa en réalisant, un par un, les vingt cinq choses cocasses, drôles ou étonnantes qu'elle voulait faire dans sa vie.

- Chaussure à son pied, Jennifer Weiner : c’est le roman qui a inspiré le film In her Shoes, avec Cameron Diaz (que je n’ai pas vu d’ailleurs). Rose et Maggie sont deux sœurs très différentes que tout sépare, et qui vont apprendre à se connaître. Un beau roman sur la relation entre sœurs.

- Envie de fraises : Les romans de Jennifer Weiner m'ont, jusqu'à présent, tous plus. Le périple de quatre futures mamans, qui mènent des vies bien différentes, mais font connaissance lors de leurs rendez-vous médicaux.


Et vous les filles, fan de chick litt ? Quels titres recommanderiez-vous ?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
101 commentaires

Cancer de la peau : je vous dis tout.

mercredi 16 avril 2014

Si vous ne devez lire qu'un article sur ce blog, j'aimerais que ce soit celui-là.
J’ai longtemps hésité avant de l'écrire. Encore plus avant de le publier. Ce post est dans mes brouillons depuis 6 mois...Pleine de doutes, je me demandais s’il avait sa place sur ce blog. Etais-je prête à en parler à des inconnues alors que je n’en avais informé qu’ une poignée de personnes dans mon entourage ? N’était-ce pas un peu étaler sa vie privée sur la place publique, moi qui suis plutôt discrète, qui n’aime pas me faire remarquer. Et surtout, est-ce que cela pouvait avoir une quelconque utilité ? Est-ce que cet article ne va pas vous étonner, vous choquer, vous dégoûter ? Aujourd’hui encore, je n’en suis pas convaincue.

Au printemps 2011 est apparue une petite tache rose sur ma peau, près de mon œil. Elle n’était pas moche comme toutes les horreurs qu’on peut voir sur le net, je ne la sentais pas. J’ai pensé à de l’eczéma, et à l’occasion d’une visite chez le médecin à l’automne, j’ai demandé une crème contre l’eczéma. Du genre, ah oui, au fait, pendant que j’y suis, vous n’auriez pas une crème à me prescrire ? Parce que j’ai une tache d’eczéma vers l’œil. Il m’a dit que ça ne ressemblait pas à de l’eczéma, m’a prescrit une crème, et m’a fait une ordonnance pour aller voir un dermato au cas où.

Bien sûr la crème n’a rien fait, et me voilà fin 2011 chez une dermato. Elle n’en a clairement rien à cirer, me dit sèchement que le problème n’est qu’esthétique . Pour elle, c’est une dartre (une petite plaque sèche qui apparait lorsqu’il fait froid), en effet la tache a désormais tendance à peler. Elle me prescrit une crème sur mesure qu’il me faudra trois semaines pour obtenir, et me dit de revenir « si vraiment ça ne marche pas ». Genre, je la fais chier.

Bien sûr la petite crème ne marche pas. Bien décidée à ne pas retourner chez cette harpie, je prends un rendez-vous ailleurs. Le temps de l’obtenir, on est au mois de mai. La dermato est perplexe, elle pense à un lupus, un psoriasis, sans aucune conviction car la tache est isolée. Elle me fait essayer quatre ou cinq crèmes différentes, m’interdit de porter du vernis au cas où ce serait une allergie, mais à chaque fois que je la revois, par d’amélioration. Elle me propose de laisser passer l’été, et s’il n’y a pas d’amélioration, d’envisager un prélèvement en novembre, quand les rayons UV sont les moins forts.

L’été marque un tournant car non seulement la tache s’est élargie (un peu) mais elle est aussi devenue inquiétante : elle suinte, fait des croûtes. Je revoie la dermato plus tôt que prévu, elle me donne une crème pour traiter l’infection, et me donne rendez-vous fin août à mon retour de vacances pour une biopsie.

Le résultat tombe quelques jours plus tard : carcinome basocellulaire. C’est la forme la moins grave de cancer de la peau, puisqu’elle ne métastase pas, contrairement au carcinome spino-cellulaire et au mélanome qui sont plus virulents. Je suis orientée vers un chirurgien spécialiste du visage, qui m’explique la procédure. Il va enlever large et profond, et inciser ma pommette des deux côtés pour pouvoir recoudre la peau. Il écarte la greffe, qui donne des résultats inesthétiques sur le visage.

On est fin octobre. Je suis opérée en clinique, dans une semi-anésthésie (je suis assommée, mais j’entends des morceaux de conversation, j’ai quelques souvenirs de l’opération, notamment le rouleau du fil qui touchait mes lèvres pendant qu’il me recousait, ou Adèle qui chantait Skyfall quand on m’a changée de lit).

J’ai un pansement de pirate sur la tête, et je rentre chez moi le soir même. Pendant une semaine, une infirmière vient me faire le pansement, puis on m’enlève les fils. Ma peau est devenue dure comme du cuir, la cicatrice est fine mais en relief, et surtout elle est énorme. Il m’avait prévenue, mais j’imaginais cela moins important quand même. Je vais vous faire la cicatrice d’Harry Potter, avait blagué le chirurgien, mais c’est exactement ça, elle est en Z, très rouge, et je change de coupe de cheveux pour la masquer.


La seule photo que j'ai prise, 7 jours après l'opération

Commencent alors les séances de kiné avec une spécialiste du visage : elle me masse (en plus de mes propres massages tous les jours) et utilise un appareil avec une ventouse qui aspire la peau pour éliminer les adhérences et la ré-assouplir. J’ai enchaîné 46 séances, jusqu’à l’été dernier.

Pendant des semaines, j'ai adopté la MDC (mèche de côté :-) qui, coup de bol, masquait plutôt pas mal la cicatrice. Non pas que je ne l'assumais pas, mais les questions ou les remarques des autres avaient tendance à m'agacer. Par exemple, des personnes de mon club qui m'ont dit : Toi, tu t'es pris une branche en VTT. Ils sont pas très malins dans mon club, non ? Je ne connais aucune branche qui saurait dessiner un Z aussi parfait. Ou bien cette caissière qui me fait remarquer avec peu de tact : Ouh là là, c'est énorme, qu'est-ce qui a pu vous arriver ? Donc, j'ai caché, et quand la rougeur s'est atténuée, au bout de plusieurs mois (presque un an en fait), j'ai décidé de me ré-attacher les cheveux, de les mettre derrière mes oreilles si j'en avais envie, sans me préoccuper des autres. Aujourd'hui, la cicatrice reste visible, bien que très atténuée par l'utilisation de la Bio-Oil, et je dois dire que la plupart du temps je ne la maquille même pas. Je m'en fous.

Mon chirurgien, peu satisfait du résultat (la cicatrice se trouve sur une zone de tension et s'est considérablement élargie), a proposé de me ré-opérer dans le but de, peut-être, diminuer son écartement. Sans garantie de succès, j'ai refusé.

Mais quelle était la cause de ces problèmes ? A ce jour nous n’en savons rien. Le soleil est montré du doigt : oui j’ai parfois fait du sport sans mettre de crème, oui j’ai utilisé de la SPF20 ou 30 alors que j’ai la peau claire, mais je ne me suis pas plus exposée qu’une autre. Et quand bien même j'aurais mis systématiquement de la crème 50, à chaque fois que je suis sortie de chez moi depuis ma naissance, je n'en aurai pas appliqué si près de l'œil.
Si j'ai le "profil type" des victimes du soleil, (brune, yeux clairs, peau claire, peau qui bronze facilement et qui ne rougit pas / prend peu de coups de soleil), il faut savoir que ce type de cancer est extrêmement rare chez les personnes de moins de 50 ans. La cause génétique (Le syndrôme de Gorlin) n’est pas écartée puisque d’autres personnes de ma famille ont eu les mêmes problèmes. 

Pour moi la crème solaire est désormais obligatoire, et très franchement je trouve cela pénible d’être collante et blanche dès que je sors dehors. C'est spécialement désagréable pour faire du sport. Mais c'est un moindre mal car tout cela aurait pu être bien plus grave. J’ai aussi remarqué que l’été dernier avec ma SPF50, je n’ai pas eu la moindre tache de rousseur sur le visage, alors qu’en fin d’été, j’en suis normalement couverte.
C’est aussi pour cela que je pense être bien placée pour vous parler de crèmes réparatrices, de Cicalfate, Cicaplast, de Dermatix, de Bio-Oil, d’Anthélios, parce que ces produits ont fait ou font partie de mon quotidien depuis de longs mois.

C’est aussi pour cela que je n’utilise plus de produits contenant des paraben, et que je fais peu à peu le ménage dans les compos des produits que j’utilise. Et ce n'est pas la peine de me dire en commentaires que les parabens ne sont pas bien graves, qu'ils ne sont pas cancérigènes, je veux désormais choisir ce que je me mets sur la figure. Encore la semaine dernière, mon copain, de passage à Londres, a regardé pour moi les étiquettes des produits MAC, et une vendeuse lui a dit "il n'y en a pas, mais très franchement ça n'a aucune importance, le blush reste posé sur la peau". Genre. Comme si tout ce qu'on mettait sur notre peau ne finissait pas (à des doses plus ou moins importantes) dans notre organisme.

Je ne suis pas sûre que cet article servira à grand-chose. Mes copines triathlètes continuent de faire du sport pendant des heures sans crème solaire, j’ai l’impression que d’une manière générale les gens n’ont pas conscience des méfaits du soleil et se disent « on verra bien ».

Si je réussis à convaincre ne serait-ce que l’une de vous que la SPF50 est indispensable, qu’il faut protéger sa peau même quand il n’y a pas de soleil (c’est à partir du moment où il y a de la lumière que la peau morfle : les UVA / UVB passent quel que soit le temps, et même à travers les fenêtres de l'appart' ou de la voiture, d'après ce qu'on m'a expliqué) ce sera gagné.

Si vous êtes arrivée jusque là, je vous remercie d'avoir lu ce long pavé et j'espère qu'il vous aura apporté quelque chose. A bientôt pour des sujets plus légers...



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
0 commentaires

Puressentiel Gel bobos bosses : le tube malin qui m'a bien rendu service !

mardi 15 avril 2014

Aujourd’hui je vous parle d’un petit produit malin à glisser dans sa salle de bain. Il s’agit du Gel Bobos Bosses de Puressentiel : un gel qui comme son nom l'indique, s'applique en cas de bobos, bleus, égratignures, etc.

Je l’ai eu dans mon stock de produits pendant des mois sans avoir besoin de l’utiliser, et puis il y a quinze jours, le chéri et moi on se blesse chacun de notre côté. Lui en faisant du VTT, une balafre assez impressionnante de 20 centimètres sur la cuisse, moi je me fais déchiqueter le torse par la ceinture de mon cardio Garmin (d’ailleurs, le service client Garmin, faudrait peut-être répondre aux emails qu’on vous adresse…). On ressort donc ce petit gel indiqué en cas de bobos, bosses, sensation de brûlures légères, piqûres, ampoules, bleus, crampes. Parfait !


Un format mini, mais costaud !


Ce gel contient 33 huiles essentielles qui aident à nettoyer, protéger, et régénérer la peau.


Moi, d’entrée de jeu, le gel me pique, me brûle : ma « blessure » n’est pas assez refermée pour l’appliquer et je décide d’utiliser plutôt mon Cicaplast et d'y revenir un peu plus tard. Le chéri qui est tombé deux jours plus tôt l’applique sans désagréments : le gel, en séchant, forme une couche qui protège la blessure. C’est assez pratique pour ne pas salir ces vêtements, en deux minutes c’est sec, on enfile son jean, et c’est parti.

Une texture gel...



...qui sèche rapidement sur la peau pour la protéger



Au bout d’une semaine, le tube est vide, et la blessure bien plus présentable ! Même si le chéri cicatrise mieux que moi, je suis assez bluffée par le résultat en seulement quelques jours ! Direction la pharmacie pour racheter un tube, on demande un full-size cette fois-ci, et on apprend qu’en fait, notre petit tube qu’on prenait pour un échantillon n'en est pas un, c'est un format pocket. Il faudra s'en contenter, la pharmacie n'a que ça. Mais le prix reste honnête : 3,70€ pour une durée de vie d’une semaine (5ml, avec une application matin et soir) et sur une égratignure large et longue.

Ce petit produit malin et efficace a trouvé sa place dans notre pharmacie maison. C’est plus pratique que du Cicatryl par exemple, on peut l’emmener partout, il ne prend pas de place, il sèche vite…Et je pense que toutes les mamans le trouveront super pratique pour soigner leurs têtes blondes de plus de 3 ans, qui râlent quand il faut retirer un pansement (et qui ont bien raison!)
A découvrir !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
0 commentaires

Les Délices d'Azylis : prendre soin de ses cheveux autrement

lundi 14 avril 2014

Il était une fois une marque qui avait choisi de prendre le monde des soins pour cheveux à contre-pied. De faire fi des produits nomades, ceux qui sont 3 en 1, qu'on ne pose qu'une minute, qui facilitent votre quotidien surbooké. Une marque qui, à la place, a choisi le retour aux sources, et qui considère le shampoing comme un moment de détente, de zénitude, de rééquilibre de vos énergies.

Cette marque, c'est les Délices d'Azylis. Ces produits sont élaborés selon les principes ayurvédiques. 
L'ayurveda, c'est tout simplement la médecine traditionnelle indienne, selon laquelle chacun de nous est dominé par un "dosha", une énergie vitale composée d'une combinaison des cinq éléments : la terre, l'eau, le feu, l'éther et l'air. Il existe trois dosha (vatapitta, et kapha) qui nous rendent uniques, et déterminent notre équilibre personnel. Le quotidien, le stress, les saisons, entre autres, peuvent influencer ces doshas et créer un déséquilibre. La gamme Les Délices d'Azylis va se concentrer sur le rééquilibre des doshas Vata et Kapha.

Le Bain sucré


Jusque là, vous suivez ?

Les produits
Les Délices d'Azylis, c'est une gamme de six produits : 

- deux Elixirs : ce sont des sprays aux plantes, à vaporiser sur les cheveux. L'Elixir fleuri va diminuer les états de stress, les maux de tête, les états pelliculeux, alors que l'Elixir sucré convient si vous êtes d'humeur changeante, si vous souffrez de manque de concentration, douleurs articulaires, excès de sébum.

- deux Bains : le Bain Fleuri et le Bain Sucré, ce sont en fait des huiles, à laisser poser, l'une est préconisée pour les cuirs chevelus pelliculeux et fatigués, l'autre pour les cheveux gras : elle régule le sébum.

- une Crème Sucrée : c'est le nom du shampoing

- et une Eau d'Elhaz, qui est une lotion gainante qui s'applique sur cheveux secs ou mouillés à n'importe quel moment : elle a un effet gainant et volumateur de les cheveux fins, et adoucissant et lissant pour les cheveux épais et frisés. 


Le test !
Les Délices d'Azylis ont eu la gentillesse de m'envoyer les six produits, pour me faire une bonne idée de la gamme. Je vous parle aujourd'hui plus précisément de la gamme sucrée, que j'ai testée en cure. 

Petite note : tous les produits sentent fort les plantes, les fleurs, la nature ! Les senteurs sont vraiment très présentes. Pour moi, ce n'est pas un problème, ce sont des senteurs que j'aime et auxquelles je suis habituée, et je trouve qu'elles font 100% partie du rituel de relaxation de la marque. 

Les Elixirs sont super pratiques à utiliser, à tout moment de la journée. Quelques pschiits sur le cuir chevelu, et le tour est joué ! J'ai trouvé l'odeur très relaxante, et ce petit geste, mine de rien, permet de se détendre. Après avoir appliqué l'Elixir sucré, j'ai ressenti des petits picotements pendant quelques minutes. C'est tout simplement le signe que le produit agit, que le cuir chevelu travaille.


Les Elixirs

J'ai utilisé plusieurs fois le Bain sucré, en le laissant poser 2 heures. Une petite quantité suffit, il faut simplement bien répartir l'huile sur les racines en priorité. Moi qui ne suis pas très "huile" à la base, je pensais que ces deux heures seraient interminables, et bien pas du tout. Je n'ai pas eu l'impression d'avoir le cheveu gras, huileux, cette sensation désagréable où on ne pense qu'à une chose : se laver la tête. Pourquoi ? Tout simplement parce que c'est une huile sèche, qui ne tâche pas et qui ne se sent pas une fois posée.

Au bout de 2 heures j'ai enchaîné avec la crème sucrée (le shampoing donc). Petite astuce : on l'applique directement sur les cheveux, sans le frotter avant dans ses mains, pour que les micro-capsules d'huiles végétales se libèrent sur les cheveux.

Suivant la quantité d'huile appliquée, et le niveau d'hydratation des cheveux, il pourra être nécessaire de faire plusieurs shampoings. C'est ce qui m'est arrivée la deuxième fois que j'ai utilisé le Bain sucré, mes cheveux m'avaient l'air propres, mais une fois sec je les trouvais encore huileux. Re-shampoing ! 

En fait, il y a une astuce : il faut savoir que le crème sucrée est avant tout un soin hydratant. Plus les cheveux sont secs, moins le shampoing mousse car il agit comme soin hydratant en premier lieu; un 2ème shampoing est donc nécessaire. Si les cheveux sont hydratés le shampoing mousse dès la première application.


La crème sucrée


Je n'étais pas trop partante pour finir cette routine avec un démêlant de supermarché "cracra", qui m'aurait donné l'impression de réduire mes efforts à 0. J'ai été agréablement surprise de voir que je n'avais pas besoin d'en utiliser : mes cheveux n'étaient pas du tout emmêlés. Très honnêtement, je ne me souviens pas de la dernière fois où j'ai pu me passer d'un démêlant (sans hurler en m'attaquant à un paquet de nœuds, hein ;-)

Petit bilan après trois semaines d'utilisation (avec application d'un bain sucré par semaine pendant deux heures)
Je dois dire qu'après presqu'un mois d'utilisation, je trouve mon cuir chevelu moins gras. Je ne dis pas qu'il est devenu normal (ce serait le rêve), mais je gagne environ un jour de cheveux propres, ce qui en soi est déjà énorme ! J'ai pris l'habitude de vaporiser un peu d'Elixir, de temps en temps, quand l'envie me prend. Respirer son odeur est très agréable et procure un bon moment de détente !


Les plus et les moins !
Chez Les délices d' Azylis, j'ai particulièrement aimé :
- J'ai aimé découvrir une gamme et une approche complètement différentes de ce que l'on trouve sur le marché.
- Les senteurs, car je suis fan des odeurs de plantes, huiles essentielles, etc. 
- La crème sucrée : j'ai été bluffée par la légèreté de mes cheveux après le shampoing, et par le fait que je n'ai pas eu à utiliser de démêlant !

Les moins
- Ces produits doivent être utilisés très régulièrement pour ne pas perdre leurs bénéfices : Les huiles sont à faire au moins deux fois par semaine jusqu'à obtention du résultat souhaité (disparition de pellicules, cuir chevelu moins gras ....). Par la suite l'idéal est de maintenir le résultat par un bain par semaine, pour ne pas recommencer la cure depuis le début.
- Ces produits restent assez chers, remarque à nuancer car on utilise, par exemple, vraiment peu d'huile à chaque fois.

Mon avis
Une très belle gamme qui a le mérite de proposer quelque chose de différent. Une pause zen dans nos vies surbookées !
J'ai vraiment eu l'impression de me relaxer, de "prendre le temps" avec ces produits. 

Évidemment, cette gamme ne conviendra pas à ceux qui ne croient pas à ces énergies vitales, au pouvoir des plantes, à un type de médecine quasiment inconnu dans nos contrées. Ceux qui veulent du vite-fait-bien-fait ne trouveront pas leur bonheur ici. Mais ceux qui sont axés nature, bio, harmonie, qui ont envie de souffler dans ce monde à 100 à l'heure trouveront des produits vraiment différents qui répondront à leurs attentes. 

Les produits Les Délices d'Azylis sont disponibles sur les sites Univeda, Terrasens, Cosmetozen, RoseNadine, Caracterre (pour la
 Belgique) et Biolander (en Pologne ).


Connaissiez-vous les produits Les Délices d'Azylis ? Etes-vous tentées ? 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...