Blogueuse condamnée : qu'en pensez-vous ?

Vendredi dernier, je partageais avec vous sur mon Twitter un article de Numerama, qui annonçait la condamnation d'une blogueuse suite à la publication d'une critique négative sur un restaurant.
Et puis l'histoire m'a un peu turlupinée, et j'ai décidé de décaler mon post beauté du jour (ne vous inquiétez pas, vous l'aurez demain :-) pour en reparler un peu plus avec vous, avoir votre opinion.

L'article est toujours consultable ici, mais grosso modo, la blogueuse a trouvé le service déplorable, s'est pris la tête avec le personnel, et a raconté sa mésaventure en détail sur le net, et s'est retrouvée convoquée au tribunal, sans même avoir été en contact avec le restaurant au préalable, pour régler cela à l'amiable. Elle a choisi de se défendre seule, a perdu, et a écopé de 1500€ d'amende + 1000€ de frais d'avocats de la partie adverse.







J'ai lu son post, qui, s'il a été supprimé, est encore disponible en cache, et très franchement je n'ai pas été choquée. Certes, elle n'y va pas par quatre chemins, on sent bien l'énervement, mais il n'y a pas, pour moi, d'insulte à proprement parler. Des articles comme ça, on n'en trouve pas qu'un sur la Toile...

Certains commentaires, dans des forums, sur des sites webs, ou sur des sites d'évaluations sont souvent bien plus virulents ! Pourtant, cachés sous des pseudos, personne n'est inquiété. D'ailleurs, il y a fort à parier que le restaurant n'aurait eu aucun recours si l'avis avait été publié anonymement sur un autre site. 

Alors bien sûr, on ne connait peut-être pas tout sur l'histoire. On n'était pas dans ce restaurant, et on ne se fait son jugement qu'avec les éléments qu'on a dans l'article

Quelques réflexions en vrac :
- Je suis un peu étonnée que la blogueuse ait été attaquée comme ça, sans préavis, sans tentative de négociation. Je vous laisse imaginer la surprise de découvrir dans votre boîte aux lettres une convocation devant un tribunal pour un article de votre blog...

- Il faut arrêter de penser que volontairement, on va rédiger des posts négatifs pour le plaisir. Je ne prends pas mon pied à dire que tel produit est inutile ou inefficace. Tu m'as vendu un produit pourri ? Attends, je vais te démonter sur mon blog...Non, faut être sérieux cinq minutes.
La blogosphère, c'est un partage d'expérience. Des fois c'est bien, on le dit. Des fois, c'est pas bien, on le dit aussi. C'est le principe de la liberté d'expression, non ? Mais la limite entre liberté d'expression et diffamation semble être fine et pas si évidente que ça à déterminer...

- Les vendeuses, les commerçants, les marques n'ont pas ou pas assez conscience que chaque attitude, chaque phrase prononcée dans leur magasin peut être retranscrite sur Internet et se retourner contre eux. Tout va plus vite, au lieu de de dire à une copine et une collègue que ce restau n'était pas terrible, vous pouvez le dire à des centaines de personnes...Il n'y aura jamais 100% de clients satisfaits, mais autant soigner la relation client, être plus constant dans son attitude et rester professionnel en toute circonstance, même avec les clients pénibles...

- Je me demande si ce cas va rester isolé, si ce n'était qu'un règlement de compte entre deux personnes qui n'ont pas accroché, si elle a été prise comme exemple pour faire peur à d'autres blogueurs, ou cela va donner des idées à d'autres ?  Elle a pas aimé notre rouge à lèvres ? Attends, on l'attaque, il y en a d'autres qui ont déjà gagné, pourquoi pas nous...Je vous laisse imaginer. 

- Certes, elle n'a pas été lourdement condamnée quand on voit les montants en jeu dans ce genre de procès. Mais très franchement, qui a 2500€ à sortir de sa poche, pour un blog qui ne  rapporte rien ?

Bref je reste un peu perplexe sur cette histoire, qui ternit un peu l'image de la blogosphère. Le chéri, qui n'a pas lu l'article, a conclu qu'"elle avait voulu faire la maligne en publiant n'importe quoi sur Internet, et que ça lui est retombé dessus", mais je pense que cette affaire est un peu plus complexe que ça...

Qu'en pensez-vous ? Choquée, solidaire ? Est-ce que cela peut changer votre façon de rédiger, de vous exprimer ? Ou vous vous en fichez ? 


Crédit photo : Stuart Miles / Free Digital Photos


28 commentaires

  1. J'ai lu également son article et c'est vrai qu'elle n'y va pas par 4 chemins.... Il ne me semble même pas qu'elle donne son avis sur les plats...(mais je peux me tromper...)
    En tout cas, ça fait un peu peur, il ne faudrait pas que les marques se mettent à éplucher les avis négatifs de la blogo pour nous faire un procés.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, a priori elle n'a pas de problème avec la bouffe, juste avec le service et c'est là dessus qu'elle se focalise ! (c'est vrai qu'un mauvais service peut gâcher un repas). Attendons de voir ce qui se passe à l'avenir...

      Supprimer
  2. J'ai eu envie d'écrire un article mais eu le temps. Je suis choquée car ça entrave la liberté d'expression. Bien sûr, je comprends que ça ne fasse pas plaisir à une marque, à un restaurateur, que ça peut leur porter préjudice. Mais au lieu d'attaquer aussi bêtement et sans préavis (je ne crois pas que c'est ainsi qu'ils ont redoré leur blason), ils feraient mieux tout simplement d'améliorer le service et éventuellement d'inviter la blogueuse à revenir tester le lieu ! Enfin moi si j'étais patronne d'un truc c'est ce que je ferais, même si bien sûr ça me froisserait qu'on ai écrit du mal de mon endroit. Mais il n'y a pas non plus des millions de personnes qui lisent les blogs !
    Je sais bien que certaines personnes sont ultra exigeantes, se prennent pour des fins gastronomes mais n'y connaissent rien, peuvent facilement dire qu'un plat est mauvais alors que le goût est subjectif, etc.... Mais c'est valable dans les deux sens : les professionnels sont bien contents d'avoir des avis positifs, il faut donc aussi qu'ils acceptent toutes les critiques.
    Enfin je trouve ça nul et du coup, quand tu laisses ton avis sur un site, n'importe lequel genre "j'ai acheté cette corde à sauter, mais c'est de la crotte, elle s'est cassée au bout de 2 utilisations", on va te condamner pour avoir terni l'image de la marque ?! Mais dans ce cas, on est juste bon à payer pour de la mauvaise qualité et surtout, bien la fermer ! Non, ce n'est pas possible. Dans ce cas, je trouve qu'une limite inacceptable a été franchie. Ne plus avoir le droit d'exprimer un avis négatif (mais argumenté) sous peine de condamnation est grave.
    Djahann

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il y avait d'autres façons de réagir, et comme toujours le dialogue peut solutionner bien des choses !
      Dans le dernier hôtel où je suis allée, on m'a demandé si je pouvais mettre une note sur Tripadvisor, et combien, je leur ai dit que je mettrai un 8. (ce qui me semble déjà super).Et bien elle m'a cassée les pieds parce que ce n'était pas assez, elle voulait un 9 ou 10 pour faire augmenter sa note...Mais, euh, qui est-ce qui juge au final ? Moi, non ?

      Supprimer
  3. De même que pour les guides de voyages et autres : va-t-on tous les attaquer parce qu'ils auront osé émettre des critiques ?!
    Les professionnels peuvent aussi améliorer la qualité de ce qu'ils proposent s'ils ne veulent que du postif !
    Djahann

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on a le droit d'avoir un avis...et de le dire ! Je n'ai jamais entendu parler d'un guide ou d'un critique attaqué...En général, comme tu dis, ils se servent des remarques pour s'améliorer...

      Supprimer
  4. Je suis assez choquée...Je viens de lire son article et elle raconte juste des faits, après même si elle écrit de son point de vue et que les choses ne se sont peut être pas déroulées exactement comme ça, je trouve assez aberrant cette condamnation... Le fait qu'elle n'est pas pris d'avocat a peut être joué. Mais quand même si on a plus le droit de s'exprimer, pour moi elle n'a insulté personne, si on doit juste dire amen à tout et ne jamais dire quand ça ne va pas merci... J'aimerai bien savoir si un "critique" dans un guide touristique aurait écrit la même chose, la patronne l'aurait poursuivi également... Non mais franchement ça me dépasse ! Surtout que dans de nombreux endroits touristiques, le service est souvent déplorable ! Ça fait cher l'article, c'est vraiment n'importe quoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'un avocat aurait pu changer la donne...Après, elle a peut-être juste voulu tourner la page, et en finir au plus vite. En plus, elle ne fera pas appel...

      Supprimer
  5. Je suis outrée et dépitée de cette condamnation. Je viens de lire le post de cette blogueuse, et franchement ce qui m'inquiète, c'est que, pour avoir lu beaucoup d'autres posts de blogueuses critiquant des lieux commerciaux, je me demande où s'arrête et où commence l’illégalité là-dedans...
    Je suis très inquiète de l'avenir de la liberté d'expression (dans la mesure où l'on donne son avis sans vouloir détruire la personne bien sûr).
    En gros si j'ai bien compris, on peut poster ce que l'on veut comme critique, mais c'est un peu la roulette russe, si jamais la personne critiquée porte plainte, c'est ça. Je suis vraiment dépitée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout le débat : à partir de quand devient-on "attaquable" ? C'est complètement subjectif, et comme toi, j'ai déjà lu des dizaines d'articles plus virulents que celui-là...

      Supprimer
  6. J'ai lu l'article de la blogueuse en question et j'avoue que je n'aurais pas apprécié. Si elle n'insulte pas à proprement parler (à part le terme "harpie" et les qualificatifs envers la patronne), on sent quand même la volonté de nuire à ce restaurant dans lequel elle a eu une mauvaise expérience. Je comprends donc sa condamnation, on peut très bien critiquer sans pour autant être aussi virulent qu'elle. En la lisant j'avais l'impression de voir une princesse pourrie gâtée qu'on a privé de dessert.
    Ce que je ne comprends pas par contre, c'est l'absence de préavis. Normalement quand on attaque quelqu'un en justice, il reçoit un courrier recommandé voire remis en main propre par huissier. Là, selon la blogueuse, il n'y a rien eu et ça me paraît vraiment bizarre. Je me demande si elle n'a pas joué la carte de la victime jusqu'au bout. Sans parler du fait de ne pas prendre d'avocat, c'est une connerie sans nom, ce n'est pas parce qu'on a un peu de tchatche qu'on peut rivaliser avec une avocate formée.
    Bref, beaucoup de trous dans cette affaire, et moi je suis plutôt du côté du restaurant. Une mauvaise expérience ça arrive, de là à s'en prendre à tout le personnel et à utiliser son influence pour faire diminuer la clientèle, non. Même si pour le coup elle a sûrement atteint son but puisque tout le monde prend son parti et que le restaurant s'en prend plein la tronche. Super de détruire le travail de toute une vie juste parce qu'on a pas eu son apéritif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprend pas non plus pour l'absence de préavis. Il y a pas mal de "trous noirs" dans cette histoire. Après, je suis pas sûre qu'elle était aussi influente que ça...Mais elle va peut-être le devenir maintenant que tout le monde la connait ! Et apparemment après le procès, d'autres clients ont resurgi pour la soutenir, parce qu'ils étaient d'accord avec elle.

      Supprimer
  7. Petite précision que je n'ai pas vu, mais je n'ai peut-être pas bien lu : il me semble que seul le titre de l'article a été retenu comme argument pour qualifier le "dénigrement". C'est la seule chose que devait modifier la blogueuse. Je comprends qu'elle ait tout supprimé pour plus de tranquillité. Exercer un éventuel droit de réponse, ou adresser une demande de suppression aurait peut-être pu éviter tout ceci, aussi bien pour l'établissement visé (qui du coup subit une autre mauvaise pub) que pour la blogueuse en question...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas exactement, je t'avoue que plusieurs points ne sont pas clairs. La condamner, mais ne pas lui demander de retirer l'article, je trouve que ça n'a aucun sens...

      Supprimer
  8. Coucou, ton article est très intéressant, je n'étais pas au courant. Je suis étonnée par une telle issue. C'est exagéré. Merci pour ton article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est important de relayer l'information, car je pense que beaucoup n'étaient pas au courant, et ça nous concerne toutes !

      Supprimer
  9. bonjour

    Moi sa me choque qu on condamne pour un avis donnée.

    Nous avons le droit a l expression il me semble.

    Je ne pense pas qu on donne des avis négatifs sans raison temps que c est fait avec respect

    laissons les gens dire ce qu il pense

    merci pour ton article

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben apparemment la patronne n'a pas trouvé que c'était fait avec respect...Dur, dur de savoir où sont les limites...

      Supprimer
  10. c'est un sujet compliqué : droit à la libre expression contre dénigrement (qui peut en effet être catastrophique pour un restaurant). En même temps, je vais peut-être te choquer car je pense que l'on doit toujours penser aux conséquences de ses actes et de ses paroles et que la condamnation est exagérée selon moi mais pas surprenante. Mais je ne me prononcerai pas plus loin car je ne connais ni le restaurateur ni la blogueuse (et je n'ai pas lu l'article). Au final, c'est surement un exemple qui va buzzer mais s’arrêter là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j’espère aussi que ça va s'arrêter là :-)

      Supprimer
  11. Avec cette condamnation c'est notre liberté d'expression et d'opinion qui est remise en jeu. Quoi qu'il se soit passé dans ce restaurant, un avis reste un avis qui est personnel. Et ce n'est pas parce une personne n'apprécie pas quelque chose que d'autres seront du meme avis. Je pense que cette condamnation n'est pas justifiée et me fait peur pour la suite dans la blogo !!
    Bisous Aurélie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet...Et si tu regardes sur Tripadvisor, même les établissements classés dans les 1ers ont des critiques ! Heureusement qu'on n'est pas tous d'accord...

      Supprimer
  12. Personnellement j'ai été assez choquée et apeurée de cette condamnation.
    Comme tu le dis : un blog ne rapporte rien. Par contre il sert à donner son avis. Jusqu'où avons-nous le droit d'aller? Pouvons-nous dire qu'un produit ne nous a pas plu? Si un produit est vraiment pourri : avons-nous le droit de l'écrire? Si non : à quoi sert le blog?

    Là où je suis le plus choquée c'est que le fait de donner notre avis peut aussi amener des améliorations dans le service d'un restaurant, ou dans les produits qu'on teste. Si on ne peut plus dire ce qui ne va pas, n'importe quelle marque ou entreprise peut faire ce que bon lui semble sans que personne ne dise rien? C'est vers celà que va cette décision de justice...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Accepter la critique et s'en servir pour rebondir, ça fait parti du jeu...Mais certains ne sont pas joueurs apparemment !

      Supprimer
  13. bcp choquée et j'en avais pas entendu parle de cette affaire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà pourquoi je voulais en parler ! C'est passé quand même relativement inaperçu..

      Supprimer
  14. Je suis contente que tu transmettes cette histoire. J'avoue ne pas avoir lu le post en question de cette blogueuse. Je pense à mon avis que nous pouvons donner des avis négatifs, mais tout en gardant en tête que nous sommes responsables de ce que nous écrivons, même pénalement. Il faut peut être essayer de bien nuancer ses propos avant de publier, ou ne pas le faire à chaud.
    Néanmoins je ne comprends pas non plus les restaurateurs sur la manière de réagir. Et effectivement à voir par la suite si ce jugement ne fera pas jurisprudence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours compliqué, parce que quand tu écris tu le fais spontanément. Il faudrait alors, pour être politiquement correct, reprendre les articles avant de les publier et gommer tout ce qui peut être mal interprété...Ce qui enlève toute la saveur d'un blog !
      C'est sûr que le restau n'a pas forcément redoré son blason en réagissant de la sorte...

      Supprimer